Anedocte au Coupe-Chou !

Marlèle Dietrich, Le Coupe-Chou et les bombardements...

10.2.2021

Le Coupe-Chou n’a pas toujours été ce qu’il est aujourd’hui, une demeure vaste où des petits couloirs escarpés nous mènent vers une multitude de petites salles chaleureuses et pleines d’Histoire. Le restaurant, en 1962, l’année de son ouverture, n’avait qu’une seule salle appelé le « Barbier » et qui se trouve aujourd’hui au centre de l’établissement.

Les travaux continuaient après l’ouverture, et si l’unique salle de restaurant possédait déjà le charme qu’elle a toujours, ce sont les à-côtés qu’on improvisait comme l’on pouvait.

Ainsi, les clients qui n’avaient pas réservé avaient pris l’habitude de patienter dans une cave dont la hauteur ne dépassait pas un mètre soixante. Ils attendaient donc, voûtés, bien sagement leur tour. Et je tiens à préciser que la maison ne remboursait absolument pas les frais de kiné ! Mais tout Paris se précipitait pour avoir le plaisir d’attendre plié en deux dans l’une des plus vieilles caves de la Capitale ! C’étaient vraiment les prémices du succès.

Un soir, que la cave était pleine de futures scolioses, entrent au Coupe-Chou, une ribambelle d’habitués : l’ami de toujours Francis Joffo, Jean Le Poulain et Robert Hirsch. Les grandes stars du théâtre Français avaient décidé de faire découvrir la maison à… Marlène Dietrich ! Branle-bas de combat au Coupe-Chou, il fallait recevoir cette grande dame, cette star mondiale. Du succès, on pouvait aller au triomphe ! Mais tout d’abord, il fallait lui trouver une place, pas question de l’envoyer se voûter à la cave ! Par chance, une table se libère et l’on installe nos vedettes nationales et internationales à côté de la cheminée. On est aux petits soins avec la star de cinéma. Mais, soudain, comme quoi ce genre d’envie arrive même aux plus grandes, elle demande les toilettes. Et là, les trois directeurs, Francis Nani, Francis Lemonnier et Christian Azzopardi, qui étaient jusque-là fous de joie, blêmissent ensemble. On essaie de gagner du temps. On offre l’apéritif. Elle demande une deuxième fois, on apporte les amuses-bouches. Elle demande une troisième fois, il fallait bien répondre. Et, la mort dans l’âme, les trois directeurs du Coupe-Chou, réfugiés dans le mutisme, tendent leur bras vers le chemin des toilettes.

Les travaux n’étaient pas terminés et on improvisait les à-côtés, je l’ai déjà dit. Et Marlene Dietrich se dirigeait vers les à-côtés.

Le restaurant ne possédait pas vraiment de toilettes, on profitait de celles de l’immeuble. A cette époque-là, les appartements des quartiers populaires n’avaient pas tous leur commodités, et le quartier latin en 1962 n’était pas le quartier bo-bo d’aujourd’hui. Pour aller aux toilettes, il fallait donc sortir dans une petite cour intérieure. Il pleuvait et l’Ange Bleu devait se mouiller les ailes pour gagner une porte en bois vermoulu dont la délicatesse laissait apercevoir le bas des jambes des occupants. C’était Causette à la ferme.

La grande Marlene ouvre la porte et découvre la marque incontestable des grandes maisons : des toilettes à la Turque ! Eh oui, ces toilettes collectives étaient toujours à la Turque. Le confort était total !

Pendant ce temps, les trois directeurs, les deux Francis et Christian devenaient peu à peu aussi blancs que les serviettes de table. Quelques instants plus tard, la porte de la cour s’ouvre sur qui lance à la cantonade avec son accent germanique inimitable : « C’est formidable, ça me rappelle les bombardements pendant la guerre ! » Elle était amusée, la soirée était sauvée. Et les trois directeurs retrouvaient petit à petit une couleur normale.

Mais, malgré tout, chaque fois que Marlene est revenue, il nous a toujours semblé qu’elle avait pris ses précautions avant !

Un peu plus d'histoire

D'autres anecdotes...

La newsletter du Coupe-Chou

Grâce à la newsletter, nous pouvons vous annoncer les nouveautés du restaurant.
Soirées et événements, nouveaux horaires, nouvelle carte, recettes, nouveaux vins, etc. Ne manquez rien ! + de 8000 inscrits !

je M'abonne !
Adresse

11 Rue de Lanneau, 75005 PARIS

Horaires
Lundi
Fermé
Mardi
19:00–22:30
Mercredi
19:00–22:30
Jeudi
19:00–22:30
Vendredi
19:00–22:30
Samedi
19:00–22:30
Dimanche
Fermé
Réouverture du lundi et du dimanche prochainement.
Inscrivez-vous à la newsletter pour vous tenir informer.
Métro

Maubert-Mutualité, Ligne 10

Parking

Saemes Maubert Collège des Bernardins & Indigo Paris Soufflot-Panthéon

Station de vélo

Station Vélib' N°5007 (Écoles–Carmes) 39 rue des Écoles

Moyen de paiement

Carte Bleue, Espèces, Eurocard/Mastercard, Visa, American Express, Paiement Sans Contact, Apple Pay.
Nous informons notre aimable clientèle que 
le restaurant n’accepte pas les paiements par chèque.
 Un commerçant peut refuser un paiement par chèque en informant sa clientèle de cette restriction.
 Merci de votre compréhension.

Type de cuisine

Cuisine bistronomique française à base de produits bruts 100% fait maison.

Boissons

Les boissons sont choisies avec soin, bières artisanales, vins de qualités et alcools artisanaux.

Ambiances

Repas d'affaires, repas entre amis, événements spéciaux et dîners romantiques (anniversaires et demandes en mariage).

Restaurant Le Coupe-Chou
Fabien Azzopardi, Juliette Azzopardi et Sébastien Azzopardi
Capital : 24.500 € - RCS : Paris B622.055.820 - Siret : 622.055.820.00022 - APE : 553A - TVA intra com. : FR89622055820
Copyright © 2021 Société La Chartière. Le Coupe Chou Paris. All rights reserved.
L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.
Les informations et photographies présentes sur ce site ne sont données qu'à titre indicatif, non contractuel.
La Carte du restaurant est susceptible de changements sans préavis. Tous nos prix sont TVA compris, service compris.