Horaires exceptionnels

Durant le mois de juillet 2020, nous serons ouverts les jeudis, vendredis et samedis soir à partir de 19h. Ouverture exceptionnelle le lundi 13 juillet. Pensez à réserver !

Profitez de notre terrasse

Atmosphère du vieux Paris, détente et convivialité, quiétude et romantisme, à l'écart du bruit et de la circulation.

Entrez dans cette demeure Louis XIII

Ouvert tous les soirs à partir de 19h

Cuisine faite maison à partir de produits bruts

Des plats faits maison

à partir de produits bruts

Des bières artisanales

L’Eurélienne est une bière de garde naturelle qui respecte une fabrication traditionnelle.

Des vins de vignerons authentiques

Des vins d’auteurs, des vins vivants, des vins de terroirs. 

Au coeur du Quartier Latin

Entre le Panthéon, Notre-Dame de Paris et le Collège de France
Restaurant Le Coupe-Chou - 11 rue de Lanneau 75005 Paris
Un peu d'histoire
Le Coupe-Chou,
maison fondée en 1962

Le Coupe-Chou est composé de quatre demeures datant du XIVème, XVIème et XVIIème siècles. Et l’on passe naturellement d’une maison à l’autre en gravissant quelques marches ou en traversant d’étroits couloirs...

Deux ans de travaux, de recherches historiques, des mois de prospection chez les antiquaires à la recherche de meubles et de bibelots, redonnent à cette maison son apparence d’antan.

Carreaux espagnols  du XVIIIe siècle représentant des métiers
Carreaux du XVIIIème siècle visibles derrière le bar.

En restaurant les caves du Coupe-Chou, les propriétaires ont découvert les vestiges d’une citée gallo-romaine du IIème siècle après Jésus-Christ, contemporaine de l’empereur Marc Aurèle : des conduites d’eau chaude, une piscine gallo-romaine et aussi des poteries du XIIème siècle, des statuettes et d’anciennes plaques médiévales des rues Chartière et du Mont Saint-Hilaire (ancien nom de la rue de Lanneau) dont le « Saint » a été buriné pendant la Révolution. Aujourd’hui, on peut admirer ces plaques derrière le bar du Coupe-Chou.

Plaque de rue du XVIIe siècle
Plaque de rue du XVIIème siècle visible derrière l'accueil

Au XVIème siècle, avant l’édification de l’immeuble principal du Coupe-Chou, se trouvait une petite place, à l’angle des actuelles rues Jean de Beauvais, impasse Chartière et Lanneau.

Au centre de cette place, un puits a été foré par l’Abbé Certain en 1572. De nombreuses maisons ont malheureusement disparu mais les bases de ce puits existent toujours dans l’une des nombreuses caves du Coupe-Chou.

Dessin représentant le Puits Certain, XIXe siècle.
Dessin de 1905 représentant le puits foré en XVIème siècle

Dans notre quartier du cinquième arrondissement de Paris, tout vous parle de l’ancienne cité médiévale, le tracé tortueux des ruelles, les pavés inégaux, les hautes façades ventrues des maisons. Vous êtes au coeur même de la ville : la muraille de Philippe Auguste qui ceignait Paris au début du XIIIème siècle, subsiste encore au 3 rue Clovis, massive et couronnée de lierre.

Dès le XIVème siècle, tous les étudiants des collèges et universités du quartier : Collège de la Sorbonne, Collège Coqueret, où étudièrent Ronsard et Du Bellay, fondateurs de la Pléiade, fréquentaient assidûment ces ruelles. Jusqu’en 1880, notre rue comptait 14 librairies !

Facade immeuble du XVIe siècle
Façade du restaurant au niveau du 9 rue de Lanneau

Aujourd’hui, Le Coupe-Chou est un restaurant élégant, discrètement ouvert sur l’étroite et pittoresque rue de Lanneau, il a pour cadre ces maisons anciennes du Vieux Paris dont on aime se rappeler l’histoire. Notre-Dame de Paris, la Seine, la Contrescarpe, le quartier latin, la rue Mouffetard, le Panthéon sont les témoins de notre histoire, que le Coupe-Chou sait si bien, le temps d’une soirée inoubliable, nous faire revivre.

Entrez dans cette demeure romantique pour une soirée hors du temps et découvrez notre cuisine traditionnelle à base de produits frais…

Nous sommes là pour vous accueillir !

Porte piétonne en bois à mauclair et sa grille en fer forgé du XVIIIe siècle
Porte piétonne en bois à mauclair et sa grille en fer forgé du XVIIIème siècle
Un peu plus d'histoire

Quelques anecdotes...

Anecdote sur Les Beatles et Les Rolling Stones

Les années Beatles et les années Rolling Stones au Coupe-Chou.

Lire
Anecdote sur La Cage aux folles

Le Coupe-Chou, La Cage aux folles, Michel Serrault, Jean Poiret et Pierre Mondy.

Lire
Anecdote sur Marlène Dietrich

Marlène Dietrich, le Coupe-Chou et les bombardements.

Lire
Anecdote sur la Reine du Danemark et le Roi de Suède

La Reine du Danemark, le Roi de Suède et les drapeaux du Coupe-Chou.

Lire
Galerie

Photos

Découvrez notre page Instagram
Tous nos plats sont faits maison

La carte

  • Gaspacho de concombre à l’oseille et au piment doux.
    (7)
  • 8 €
  • Oeuf bio en meurette.
    (1) (3)
  • 11 €
  • Haddock en carpaccio, choux blanc et noix.
    (4) (5) (8) (10)
  • 13 €
  • Aubergines gratinées au coulis de tomates fraîches. 
    (7)
  • 14 €
  • Gravlax de saumon bio, grenailles et roquette.
    (3) (4) (5) (9) (10) (12)
  • 17,5 €
  • Foie-Gras de canard frais maison, chutney de mangue.
    (8) (12)
  • 19,5 €
  • 12 Escargots de Bourgogne en direct du producteur. 
    (1) (7) (14)
  • 19,5 €
  • Ratatouille aux herbes de Provence, burrata et pesto à l'huile de noix.
    (1) (7) (8)
  • 22 €
  • Côte de cochon fermier de Dordogne, Huile aux herbes, grenailles et ratatouille
    (1) (5)
  • 24 €
  • Quasi de veau de lait de Corrèze à la normande et riz blanc. 
    (1) (5) (7)
  • 26 €
  • Magret de canard du sud-ouest, sauce aux framboises, purée maison.
    (1) (7)
  • 26 €
  • Mi-cuit de thon pané au sésame, sauce vierge et ratatouille.
    (1) (4) (11) (12)
  • 27 €
  • Lotte des côtes Françaises à la provençale.
    (4) (5)
  • 29 €
  • Filet de bœuf de race Limousine au poivre de Sichuan, purée maison.
    (1) (5) (7)
  • 36,5 €
Toutes nos viandes sont d'origine Française. Boucherie Hugo Desnoyer.
  • Sélection de trois fromages
    affinés par Marie Quatrehomme 1ère femme "Meilleur Ouvrier de France" Promotion 2000
    (Selles-sur-Cher AOP, Comté FSA cru 24 mois, Camembert AOP Saint loup).

    (7)
  • 11,9 €
  • Ile au pralin rose. 
    (3) (7) (8)
  • 9 €
  • Chocolat Liégeois.
    (3) (7)
  • 9 €
  • Crumble mangue fraiche et noix de coco.
    (1) (7)
  • 9,5 €
  • Abricots français rôtis au miel et romarin.
    (1) (7)
  • 9,5 €
  • Tarte Solognote accompagnée de crème fraîche.
    (1) (3) (7)
  • 10 €
  • Crème brûlée à la vanille de bourbon.
    (3) (7)
  • 10 €
  • Mille feuille "Coupe-Chou".
    (1) (3) (7)
  • 10 €

Apéritifs

  • Coupe de Champagne Brut Alain Navarre ( 10cl )
  • 9,90 €
  • Kir ( 10cl )
  • 7,50 €
  • Kir Royal ( 10cl )
  • 6,00 €
  • Suze ( 4cl )
  • 6,00 €
  • Ricard ( 2cl )
  • 6,00 €
  • Campari ( 7cl )
  • 7,00 €
  • Martini Blanc, Rouge ou Extra Dry ( 8cl )
  • 6,00 €
  • Americano Maison ( 8cl )
  • 8,50 €
  • Porto AOC Rouge ou Blanc, Quinta Do Infantado ( 15cl )
  • 9,90 €

Bières Artisanales du pays chartrain - L’eurélienne

La brasserie de Chandres est une véritable « ferme brasserie » dont la spécificité est d’utiliser au maximum l'orge issue de ses champs pour la production de sa bière : « Nos céréales apportent une certaine douceur, une identité propre à notre bière ».

  • Blonde ( 33cl ).
    Notes de céréales très prononcées. Sa palette aromatique est délicate et équilibrée. Avec sa robe d'un blond clair, elle est légère et fraîche. 6,5°
  • 7,50 €
  • Blanche ( 33cl ).
    De belle notes floconnées qui procurent à cette bière une grande légèreté. Son pétillant est abondant et très fin. Naturellement trouble, cette bière est brassée avec une forte proportion de blé malté (froment) et des flocons d’avoine. 5,5°
  • 7,50 €
  • Brune ( 33cl ).
    Bière brune typique aux reflets acajou, caractérisée par sa force et son amertume. Généreuse par nature, ses arômes et son caractère lui viennent de l'utilisation de malts caramélisés et de malts torréfiés. 7°
  • 8,00 €
  • Rousse ( 33cl ).
    Notes torréfiées entre le caramel et le café, sans atténuer sa fine amertume. Issue d'un assemblage délicat de malts blonds et caramélisés. 6,5°
  • 8,00 €
  • Triple ( 33cl ).
    Aux arômes frais et fleuris, sa complexité aromatique ravit les amateurs de bières traditionnelles. Puissante et ronde, c'est la bière de dégustation par excellence. 8,5°
  • 8,00 €
  • India Pale Ale ( 33cl ).
    L'IPA (pour "India Pale Ale") offre de jolies notes de fruits exotiques et une amertume intense. Le houblonnage à cru (dry-hopping) fait ressortir son profil fruité. 6°
  • 8,00 €

Liqueurs

  • Marie Brizard Extra Fine ( 4cl )
  • 6,00 €
  • Izarra ( 4cl )
  • 6,00 €
  • Get 27 ( 4cl )
  • 6,00 €
  • Amaretto ( 4cl )
  • 6,00 €
  • Cointreau ( 4cl )
  • 7,00 €
  • Grand Marnier Cordon ( 4cl )
  • 7,00 €
  • Bailey's The Original Irish cream ( 4cl )
  • 8,00 €

Eaux de vie

  • Fernet Branca ( 4cl )
  • 6,00 €
  • Grappa ( 4cl )
  • 6,00 €
  • Poire, distillerie artisanale tradition Bertrand, Alsace ( 4cl )
  • 7,50 €
  • Framboise, distillerie artisanale tradition Bertrand, Alsace ( 4cl )
  • 7,50 €
  • Marc d'Alsace de Gewurtraminer Artisane, distillerie artisanale tradition Bertrand, Alsace ( 4cl )
  • 7,50 €
  • Vieille Prune Artisane, distillerie artisanale tradition Bertrand, Alsace ( 4cl )
  • 7,50 €

Vodka

  • Vodka Greygoose ( 4cl )
  • 9,50 €

Gin

  • Bombay Sapphire ( 4cl )
  • 7,00 €

Calvados

  • Calvados artisanal, Julien Frémont ( 4cl )
  • 8,00 €

Cognac

  • Cognac Hennessy VSOP ( 4cl )
  • 10,00 €
  • Cognac XO Roch ( 4cl )
  • 15,00 €
  • Cognac Fins Bois 1990 Collection Jean Grosperrin ( 4cl )
  • 20,00 €

Armagnac

Domaine Seailles. La distillation est conduite au domaine au moyen d’un alambic en continu chauffé au bois, élevé en pièce de chêne (cépage : Ugniblanc).

  • Armagnac 20 ans d'âge ( 4cl )
  • 10,00 €
  • Armagnac 1990 ( 4cl )
  • 15,00 €
  • Armagnac 1979 ( 4cl )
  • 17,00 €
  • Armagnac 1976 ( 4cl )
  • 18,00 €
  • Armagnac 1972 ( 4cl )
  • 21,00 €

Whisky

Distillerie Artisanale Uberach (Whisky d’Alsace - France).

  • Single Malt ( 4cl ).
    une partie seulement est élevée en fût de banyuls, l'autre en pièce
    bourguignonne. Age moyen de 4 ans. Réduction à la mise en bouteille. (42,2 °)

  • 10,00 €
  • Single Malt Collection Cask Bleu ( 4cl ).
    Distillé en 2006 et mis en bouteille en 2015
  • 17,00 €

Boissons fraîches

  • Evian, Badoit ( 50cl )
  • 6,60 €
  • Evian, Badoit ( 100cl )
  • 4,90 €
  • Perrier ( 33cl )
  • 5,50 €
  • Coca Cola, Coca Cola Zéro ( 33cl )
  • 5,50 €
  • Schweppes Indian Tonic ( 24cl )
  • 4,90 €
  • Lait ( 24cl )
  • 4,90 €

Chocolat

  • Chocolat chaud
  • 5,00 €

Thés et Tisanes

  • Tisane au choix (Camomille, verveine, Tilleul, Menthe)
  • 5,30 €
  • Thé au choix ( thé vert à la menthe, Thé vert sencha, thé vert au jasmin, thé vert jardin des merveilles, thé noir fruits rouges, Earl Grey.
    Allergènes : (6) (8)
  • 5,30 €

Cafés

  • Café
  • 2,90 €
  • Décaféiné
  • 2,90 €
  • Double café / Double décaféiné
  • 4,90 €
  • Café noisette / Déca noisette
  • 3,90 €
  • Café crème / Déca crème / Cappuccino / Décappuccino
  • 4,90 €
  • Lait en accompagnement d'un thé, café ou d'une tisane ( 6cl )
  • 2,00 €

Jus de fruits

  • En bouteille bio : Grenade, Nectar Abricot, Pomme clair, citronnade, mangue passion Tomate
  • 6,90 €
  • Pressé à la demande : Orange (2 fruits), Citron (1 fruit)
  • 6,90 €

Sirops

  • Menthe, Fraise, Citron
  • 3,00 €
  • Pressé à la demande : Orange (2 fruits), Citron (1 fruit)
  • 3,00 €

Nous privilégions des vins de vignerons authentiques et passionnés : des vins d’auteurs, des vins vivants, des vins de terroirs. Parfois bio, parfois en biodynamie, parfois nature, parfois conventionnel. Uniquement des vins que nous aimons et apprécions. Le même soin est donné pour la sélection de nos bières artisanales et nos alcools.

Vins blancs

Vallée de la Loire

  • Touraine AOC
  • La Pente de Chavigny 2018 - Mickael Bouges
  • 37,00 €
  • Sancerre AOC
  • Cuvée G.C. 2017 Jean Max Roger (Sauvignon blanc)
  • 42,00 €

Sud

  • Montravel AOC
  • Sec 2016 Chateau du Bloy
  • 26,00 €
  • Côte de Montravel AOC
  • Moelleux 2018 Chateau du Bloy
  • 29,00 €
  • Vin de table
  • Milouise de Jean Philippe Padié
  • 50,00 €

Alsace

  • Vin d’Alsace Grand Cru AOC
  • Reisling Kanzlerberg Grand Cru 2013 Sylvie Spielmann
  • 75,00 €
  • Gewurztraminer Kanzlerberg Grand Cru 2011 Sylvie Spielmann
  • 77,00 €

Bourgogne (Chardonnay)

  • Chablis 1er Cru AOC
  • Vaillon 2003 Daniel Etienne Defaix
  • 84,00 €
  • Saint-Véran AOC
  • Maison B. Perraud 2018 (non filtré)
  • 51,00 €

Vallée du Rhône

  • Vin de Pays de méditerrannée IGP
  • Domaine Lucien Tramier 2019
  • 21,00 €

Champagne

  • Champagne AOC
  • Alain Navarre brut
  • 60,00 €
  • Saint-Véran AOC
  • Francis Boulard Les Rachais 2009
  • 112,00 €

Vins rosé

Vallée du Rhône

  • Vin de Pays de méditerrannée IGP
  • Domaine Lucien Tramier 2018
  • 21,00 €

Champagne

  • Champagne AOC
  • Francis Boulard Rosé «Rosé de Saignée - Millésime 2012 » 50% Pinot Noir et 50% Meunier
    Extra Brut
  • 105,00 €

Vins rouges

Vallée de la Loire

  • Saumur Champigny AOC
  • Château de Targé 2016 Edouard Pisani
  • 31,00 €
  • Sancerre AOC
  • Cuvée "La Grange Dîmière" 2013 Domaine Jean-Max Roger
  • 42,00 €

Alsace

  • Alsace AOC
  • Pinot noir - Bergheim réserve 2017 Sylvie Spielmann
  • 60,00 €

Bordeaux

  • Castillon - cotes de Bordeaux AOC
  • Château la Brande 2016
  • 34,00 €
  • Saint-Emilion Grand Cru AOC
  • Château Mangot Quintessence 2011
  • 84,00 €
  • Cadillac - Côtes de Bordeaux AOC
  • Domaine les Carmels - Les Vendanges 2016
  • 61,00 €
  • Graves AOC
  • Chateau Cazebonne - Entre amis 2017
  • 41,00 €
  • Pessac-Léognan AOC
  • Château La Garde 2012
  • 72,00 €
  • Haut-Médoc AOC
  • Château Belgrave 2009 (Grand cru classé)
  • 137,00 €
  • Margaux AOC
  • Brane Cantenac 2000 (2ème cru classé)
  • 380,00 €
  • Pauillac AOC
  • Pontet Canet 2009 - (5ème cru classé)
  • 490,00 €

Bourgogne (pinot noir)

  • Bourgogne Coulanges la vineuse AOC
  • cuvée classic 2017 - Domaine Maltoff
  • 43,00 €
  • Irancy AOC
  • Gabin et Félix Richoux 2017
  • 45,00 €
  • Hautes côtes de beaune AOC
  • Didier Montchovet 2017
  • 56,00 €
  • Pommard AOC
  • Didier Montchovet 2015
  • 109,00 €
  • Volnay AOC
  • Didier Montchovet 2015
  • 111,00 €

Vallée du Rhône

  • Vin de Pays de méditerrannée IGP
  • Domaine Lucien Tramier 2017
  • 21,00 €
  • Côtes du Rhône AOC
  • Domaine de la Graveirette 2017
  • 33,00 €

Sud

  • Bergerac AOC
  • Chateau du Bloy 2018
  • 27,00 €
  • Cabrieres - Languedoc AOC
  • Mas Coris - Bouteille à la mer 2014
  • 49,00 €

Vin blanc

Verre
(15cl)
Pichet
(25cl)
Pichet
(50cl)
Sancerre blanc AOC Cuvée G.C. Jean Max Roger (Sauvignon blanc)
13 €
21 €
33 €
Vin de Pays de méditerrannée IGP Domaine Lucien Tramier (Chardonnay)
7 €
11 €
17 €
Montravel AOC Sec - Chateau du Bloy
8,5 €
13,5 €
21 €
Moelleux Côte de MontraveL AOC Chateau du Bloy
9,5 €
15 €
23 €

Vin rosé

Verre
(15cl)
Pichet
(25cl)
Pichet
(50cl)
Vin de Pays de méditerrannée IGP Domaine Lucien Tramier
7 €
11 €
17 €

Vin rouge

Verre
(15cl)
Pichet
(25cl)
Pichet
(50cl)
Saumur champigny AOC - Chateau de Targé
9,5 €
15,5 €
24,5 €
Castillon - Côtes de Bordeaux AOC - Château la Brande
11 €
17 €
27 €
Vin de Pays de méditerrannée IGP - Domaine Lucien Tramier
7 €
11 €
17 €
Bourgogne - Irancy AOC - Thierry richoux
14 €
22 €
35 €
Bergerac AOC - Chateau du bloy
8,5 €
13,5 €
21 €

Allergènes

La totalité des allergènes majeurs étant manipulée dans l’établissement, nous pouvons vous renseigner sur la présence d’un allergène majeur dans la recette mais nous ne pouvons pas garantir l’absence de traces d’allergènes dans l’ensemble de nos plats.

  • (1) Céréales/ Gluten
  • (2) Crustacés 
  • (3) Oeufs 
  • (4) Poissons 
  • (5) Arachides 
  • (6) Soja
  • (7) Produits laitiers
  • (8) Fruits à coque
  • (9) Céleri 
  • (10) Moutarde
  • (11) Sésame
  • (12) Sulfite
  • (13) Lupin
  • (14) Mollusque

Tous nos plats sont « faits maison », élaborés sur place  à partir de produits bruts sauf pour les escargots de Bourgogne en direct de notre producteur et  notre sélection de trois fromages.

Réseaux sociaux & newsletter

Nous suivre

Inscrivez-vous à notre newsletter :

Déjà plus de 12 000 abonnés !

Grace à notre belle newsletter, nous pourrons vous annoncer les nouveautés du restaurant. Soirées et événements, nouvelle carte, recettes, nouveaux vins, petites surprises etc. Ne manquez rien ! ❤️

Les champs marqué d'un (*) sont requis.
Votre pays de résidence*
Date de naissance
Merci !
Vous êtes maintenant inscrit à notre newsletter !
Oups ! Une erreur s'est produite lors de l'envoi du formulaire.
Les données personnelles communiquées dans ce formulaire ne seront en aucun cas cédées à des tiers.
Groupes
Organiser une grande table

Le Coupe-Chou est un restaurant élégant classé Louis XIII, discrètement ouvert sur l'étroite et pittoresque rue de Lanneau, au flanc de la montagne Sainte Geneviève, près du Collège de France, de la Sorbonne et de la Contrescarpe, il a pour cadre ces maisons anciennes du Vieux Paris dont on aime se rappeler l'histoire.

Le Coupe-Chou est donc l'endroit idéal pour un événement à la fois original et traditionnel.

Carreaux espagnols  du XVIIIe siècle représentant des métiers
Grande table

Que ce soit dans la salle à manger aux murs patinés de vert sombre où se dessine l'ancienne ossature à pans de bois, dans le jardin d'hiver, salon aux profonds fauteuils de velours, bergères et petits guéridons, dans la salle du Barbier qui a conservé ses tommettes, sa cheminée, ses poutres, ses colombages, que ce soit dans le jardin d'hiver ou le Saint-Hilaire aux murs de velours rouges...

Nous choisirons la salle qui correspondra le mieux à votre projet.

Groupe
Groupe en une seule table

Pour une réunion d'entreprise ou de famille, un anniversaire, un baptème, un mariage, une remise de prix, etc. nous saurons vous recevoir chaleureusement.

De 15 à 130 personnes, certains espaces donnent directement sur la rue et donc indépendamment accessibles. Possibilité de privatiser sous conditions.

Au dîner, à partir de 19h.
Au déjeuner, sous privatisation et sous certaines conditions.

Nous pouvons vous proposer une formule tout compris pour un budget maitrisé !

Repas de groupe
Les groupes en plusieurs tables préservent le charme de la demeure
NOUS CONTACTER
Formulaire
Réservez votre table
À lire avant de réserver ! 🙏🏻
Certaines salles sont difficilement accessibles, pour le confort de tous, nous vous remercions de nous informer de la venue de toute personne à mobilité réduite.

Après avoir effectué une réservation, si vous souhaitez la modifier, ne faites pas de nouvelles demandes depuis notre formulaire, écrivez-nous un mail et nous modifierons avec plaisir votre réservation !
Formulaire de RéservationFormulaire de réservation
Email

Nous contacter par Email

(pour réserver une table individuelle, merci d'utiliser le formulaire de réservation en cliquant-ici)
Les champs marqué d'un (*) sont requis.
Votre pays de résidence *
Merci ! Nous vous recontacterons au plus tôt !
Oops ! Vous avez oublié quelque chose, vérifiez d'avoir tout rempli.
téléphone

nous joindre par téléphone

Du lundi au vendredi, à partir de 9h30, et 7j/7 à partir de 16h10.

01 46 33 68 69
Cheque cadeau / BON D'ACHAT

Offrir un repas

Pour faire plaisir à vos proches, nous vous proposons un bon d'achat valable au Restaurant Le Coupe-Chou. C'est une idée cadeau originale et haut de gamme : vous montrez à vos proches à quel point vous les aimez !

En seulement quelques clics, vous recevrez un code à transmettre à vos proches. Ils leur suffiront de saisir ce code lors de la réservation pour en profiter !

Acheter
×
Fermer
×

MARLENE DIETRICH, LE COUPE-CHOU ET LES BOMBARDEMENTS...

Le Coupe-Chou n’a pas toujours été ce qu’il est aujourd’hui, une demeure vaste où des petits couloirs escarpés nous mènent vers une multitude de petites salles chaleureuses et pleines d’Histoire. Le restaurant, en 1962, l’année de son ouverture, n’avait qu’une seule salle appelé le « Barbier » et qui se trouve aujourd’hui au centre de l’établissement.

Les travaux continuaient après l’ouverture, et si l’unique salle de restaurant possédait déjà le charme qu’elle a toujours, ce sont les à-côtés qu’on improvisait comme l’on pouvait.

Ainsi, les clients qui n’avaient pas réservé avaient pris l’habitude de patienter dans une cave dont la hauteur ne dépassait pas un mètre soixante. Ils attendaient donc, voûtés, bien sagement leur tour. Et je tiens à préciser que la maison ne remboursait absolument pas les frais de kiné ! Mais tout Paris se précipitait pour avoir le plaisir d’attendre plié en deux dans l’une des plus vieilles caves de la Capitale ! C’étaient vraiment les prémices du succès.

Un soir, que la cave était pleine de futures scolioses, entrent au Coupe-Chou, une ribambelle d’habitués : l’ami de toujours Francis Joffo, Jean Le Poulain et Robert Hirsch. Les grandes stars du théâtre Français avaient décidé de faire découvrir la maison à… Marlène Dietrich ! Branle-bas de combat au Coupe-Chou, il fallait recevoir cette grande dame, cette star mondiale. Du succès, on pouvait aller au triomphe ! Mais tout d’abord, il fallait lui trouver une place, pas question de l’envoyer se voûter à la cave ! Par chance, une table se libère et l’on installe nos vedettes nationales et internationales à côté de la cheminée. On est aux petits soins avec la star de cinéma. Mais, soudain, comme quoi ce genre d’envie arrive même aux plus grandes, elle demande les toilettes. Et là, les trois directeurs, Francis Nani, Francis Lemonnier et Christian Azzopardi, qui étaient jusque-là fous de joie, blêmissent ensemble. On essaie de gagner du temps. On offre l’apéritif. Elle demande une deuxième fois, on apporte les amuses-bouches. Elle demande une troisième fois, il fallait bien répondre. Et, la mort dans l’âme, les trois directeurs du Coupe-Chou, réfugiés dans le mutisme, tendent leur bras vers le chemin des toilettes.

Les travaux n’étaient pas terminés et on improvisait les à-côtés, je l’ai déjà dit. Et Marlene Dietrich se dirigeait vers les à-côtés.

Le restaurant ne possédait pas vraiment de toilettes, on profitait de celles de l’immeuble. A cette époque-là, les appartements des quartiers populaires n’avaient pas tous leur commodités, et le quartier latin en 1962 n’était pas le quartier bo-bo d’aujourd’hui. Pour aller aux toilettes, il fallait donc sortir dans une petite cour intérieure. Il pleuvait et l’Ange Bleu devait se mouiller les ailes pour gagner une porte en bois vermoulu dont la délicatesse laissait apercevoir le bas des jambes des occupants. C’était Causette à la ferme.

La grande Marlene ouvre la porte et découvre la marque incontestable des grandes maisons : des toilettes à la Turque ! Eh oui, ces toilettes collectives étaient toujours à la Turque. Le confort était total !

Pendant ce temps, les trois directeurs, les deux Francis et Christian devenaient peu à peu aussi blancs que les serviettes de table. Quelques instants plus tard, la porte de la cour s’ouvre sur qui lance à la cantonade avec son accent germanique inimitable : « C’est formidable, ça me rappelle les bombardements pendant la guerre ! » Elle était amusée, la soirée était sauvée. Et les trois directeurs retrouvaient petit à petit une couleur normale.

Mais, malgré tout, chaque fois que Marlene est revenue, il nous a toujours semblé qu’elle avait pris ses précautions avant !

Lire et partager l'anecdote sur Facebook

LA CAGE AUX FOLLES, MICHEL SERRAULT, JEAN POIRET ET PIERRE MONDY

Au début de l’année 1973 se préparait un phénomène. Un incroyable triomphe de la scène parisienne.

Et une nuit de Janvier, vers onze heures et demie, trois monstres sacrés du théâtre poussent la porte du Coupe-Chou. C’étaient Michel Serrault, Pierre Mondy et Jean Poiret. Ils étaient accompagnés du directeur du Palais-Royal d’alors, Jean-Michel Rouzière. Ils avaient leurs habitudes au Coupe-Chou, Poiret, Serrault et Mondy… mais ce soir-là, ils allaient rester jusqu’à 6 heures du matin !

Il faut dire qu’ils étaient en pleine répétition d’une pièce qui allait fêter les retrouvailles du célèbre duo. Cette pièce, c’était bien sûr : « La Cage aux Folles ». Un triomphe sans précédent, et d’ailleurs, sans successeur. « La Cage » sera jouée 5 années consécutives au Palais Royal, puis deux ans aux Variétés.

Mais n’anticipons pas. Pour l’heure, personne ne pouvait prédire le succès à venir. Personne, pas même le directeur du théâtre qui avait déjà prévu une pièce pour la saison suivante. D’ailleurs, tout n’était pas au point, il y avait encore des problèmes à régler… « La Cage » n’était pas prête.

Et les séances de travail se poursuivaient au Coupe-Chou.
« Dans une salle du fond pour être tranquille » réclame Poiret. Bien sûr, on les installe à la Bibliothèque. C’est studieux, une bibliothèque. Il fallait, d’ailleurs, retravailler le dernier acte de la pièce.

Et tout en mangeant, Poiret et Serrault improvisaient les répliques qui allaient faire hurler de rires mille personnes, tous les soirs pendant sept ans ! Et Serrault répétait son rôle au restaurant, il rentrait petit à petit dans le personnage de Zaza Napoli, il travaillait ses regards langoureux, ses battements de cils, et il faisait de l’œil au client de la table d’à côté… qui commençait à s’inquiéter pour de bon. Ce malheureux client finissait par chuchoter à Christian et Francis, les directeurs du restaurant :

« Il a changé de bord, Serrault ? »
« Non, il travaille. »
« Ah ? drôle de boulot ! »

Et le client replongeait le nez dans son assiette, tandis que Serrault continuait ses œillades. De son côté, Mondy était songeur, il discutait des costumes avec Jean-Michel Rouzière.

« Les robes de Serrault ne vont pas… la perruque non plus, d’ailleurs… Excuse-moi, Michel, mais tu es trop belle, on dirait Edwige Feuillère. Il faut tout refaire. »
« Tu veux que je ressemble à Yvette Horner, c’est ça ? » interroge Serrault, faussement indigné.
« Rassure-toi, tu n’es pas obligé de te mettre à l’accordéon ! »

Dans son coin, Rouzière ne mangeait pas de bon appétit. En bon directeur, il était en train de calculer ce que cette histoire de robe allait lui coûter. Il ne savait pas, bien sûr, combien ça allait lui rapporter. Ah, les affres de la création !… Et puis, il était tracassé, ce directeur.

« Mes enfants, dit-il, le titre ne va pas ! »
Poiret s’inquiète : « Qu’est-ce que vous reprochez à la « Cage aux Folles » ?
« C’est vulgaire ! et puis on va avoir les homos sur le dos, il faudrait quelque chose de plus drôle, et de plus élégant aussi. »« Et vous avez une idée ? »
L’œil de Rouzière s’allume. Visiblement, il n’attendait que cela. Avec un petit sourire de contentement, il finit par dire :
« Oui, il faudrait appeler ça : « Prout » !

Mondy, qui était en train de porter sa fourchette à sa bouche, s’arrête net. L’œil de Poiret s’arrondit, Serrault ne sait pas quoi dire… Bref, tout le monde est médusé.

Et Rouzière enchaîne : « C’est drôle, ça, Prout, non ? mais attention, avec un point d’exclamation ! »
« Avec un point d’exclamation ? »
« oui…
« alors, là, évidemment, avec un point d’exclamation, ça change tout ! »
« c’est amusant, non ?… non ?… enfin, c’est une idée, comme ça… »
« Et qu’est-ce que tu disais, Pierrot, à propos de la robe de Michel ?… » interrompt Poiret. Bref, l’idée de Rouzière n’a pas été retenue… Ce titre est désormais libre, avis aux auteurs !…

Et la séance de travail s’éternisa ce soir-là jusqu’à six heures du matin. Seuls dans le restaurant, ils ont peaufiné « la Cage aux Folles ». Christian Azzopardi et Francis Nani se sont couchés bien tôt ce matin-là, mais on ne bâtit pas des légendes toutes les nuits… Ni dans tous les restaurants.

Lire et partager l'anecdote sur Facebook

LA REINE DU DANEMARK, LE ROI DE SUÈDE ET NOS DRAPEAUX.

Au milieu des années 60, le Coupe-Chou commençait déjà à avoir une renommée certaine, et Pierre Brasseur, Brigitte Bardot, Louis de Funès venaient souvent dîner sous les poutres du XVIème siècle.

Cependant, les trois directeurs n’étaient pas au bout de leur surprise. Un jour, le téléphone sonne, ce qui est toujours bon signe pour un restaurant. C’était l’ambassade du Danemark. Il faut trouver la meilleure table pour un hôte de marque : la princesse Margrethe, héritière du trône. Une table pour deux couverts, elle vient fêter ses fiançailles « en amoureux » avec Henri de Laborde de Monpezat, un français, futur prince Consort. Le couple s’est effectivement marié le 10 juin 1967.

Une princesse royale au Coupe-Chou, c’était vraiment la gloire, et la gloire, c’est comme la chance, ça se mérite ! Alors, les trois directeurs ont décidé de mettre les petits plats dans les grands. Et quand ils décident de mettre les petits plats dans les grands, ils ne lésinent pas sur les moyens.

Ils ont commencé par acheter des fleurs, des arbustes qu’ils ont disposés partout. Sur les tables, dans les couloirs, devant la façade du restaurant. C’était charmant, mais il fallait personnaliser cet accueil. Alors, ils ont décoré toutes les fenêtres de l’immeuble, du premier jusqu’au dernier étage… avec des drapeaux du Danemark. Le restaurant était couvert de drapeaux. Je ne sais pas si c’était discret, mais ça devait faire son effet !

Puis, il fallait bien couronner le tout. Impossible de faire les choses à moitié. Alors, pendant qu’on y était, les trois directeurs ont déroulé le tapis rouge. Mais quand je dis qu’ils l’ont déroulé, ils l’ont déroulé concrètement : un beau tapis rouge de l’entrée du Coupe-Chou jusqu’au bas de la rue. 15 mètres de tapis rouge. On n’invente pas une chose pareille.Si la princesse voulait dîner dans l’intimité, c’était réussi.

Le soir, une Rolls s’arrête devant le tapis et le couple descend. La princesse était, je crois, assez touchée par le geste un peu excessif des trois jeunes directeurs du restaurant. Elle a foulé majestueusement le tapis rouge, elle a souri en découvrant les drapeaux de son pays et elle est allée dîner avec son fiancé. Puis elle est repartie foulant une dernière fois le tapis rouge, un peu comme si tous les restaurants du monde déroulaient systématiquement des tapis rouges pour l’accueillir. C’est sans doute cela la majesté.

La soirée fut mémorable et elle eut un certain retentissement. Les journaux en parlaient, et mieux, Paris, lui-même, en parlait. Si bien que 15 jours plus tard, l’ambassade de Suède téléphone au Coupe-Chou. Une personnalité « importante » doit venir fêter son anniversaire. Nouveau branle-bas de combat. Le roi de Suède, Gustave VI, a entendu parler du dîner de Margrethe. On ne pouvait pas le décevoir. Alors, nouveaux bouquets, nouveaux arbustes, nouveaux drapeaux ! Et il fallait les trouver, ces drapeaux suédois ! Et on déroule de nouveau le tapis rouge.

Le soir, les trois jeunes directeurs se sont mis à guetter. Et s’arrête, devant le tapis, une Deux-Chevaux. Et descendent, deux dames à l’allure modeste et au tailleur gris. Elles découvrent le décor et se mettent à pleurer.

« Vraiment merci, mais c’est trop ! »

C’était la secrétaire de l’ambassadeur de Suède. Elle venait fêter son anniversaire avec sa sœur. Et elle a passé la soirée à remercier tout le monde en pleurant. Impossible, vous l’imaginez, de lui dire la vérité. Elle a passé une soirée magique, la secrétaire de l’ambassadeur de Suède. Et tous les ans, elle a envoyé ses vœux au Coupe-Chou, et il me semble que tous les ans, la carte de vœux pleurait à son tour au souvenir de cette soirée d’anniversaire.

Je ne sais pas si Margrethe du Danemark se souvient de notre restaurant, mais je suis sûre que la secrétaire de l’ambassadeur de Suède ne l’a pas oublié.

Lire et partager l'anecdote sur Facebook

LES ANNÉES BEATLES ET LES ANNÉES ROLLING STONES.

Pour écrire ces anecdotes, je demande à mon père de me raconter ses souvenirs sur les moments extraordinaires qui ont rythmé la vie du Coupe-Chou depuis 1962, l’année de l’ouverture. Année assez exceptionnelle, chantée par Claude François, année qui amorce tant de changements dans le monde, changements qui s’accéléreront avec 68, mais il fallait bien préparer 68 ! !

C’est drôle, d’ailleurs, de constater qu’il y a des années riches en évènements nouveaux, en naissances, en morts, et d’autres qui se contentent de suivre le mouvement. C’est en 1962 que mon père et ses deux associés, Francis Nani et Francis Lemonnier ouvrent le Coupe-Chou. C’est 1962 qui va décider du sort de toute leurs vies. Grande année pour l’histoire, pour l’art, la musique, et puis aussi dans notre vie personnelle. Quand le rythme des grands événements du Monde rejoint celui des vies individuelles… Et c’est justement en 1962 que les Beatles enregistrent leur premier disque : « Love me do ». Et c’est un truisme de dire que les quatre garçons dans le vent ont marqué un tournant dans l’univers musical. Qu’ils ont provoqué un raz-de-marée hystérique chez leurs fans. Que pour se déplacer après un concert, ils devaient inventer sans cesse de nouveaux scénarios. Tout ça, les mômes de ma génération, on le connaît par cœur. On était trop jeune pour comprendre l’émoi qu’a suscité l’assassinat de Lennon en 1980, mais, maintenant, on connaît notre catéchisme sur la folie des années 60 sur le bout des doigts, mieux que le catéchisme lui-même, d’ailleurs.

Alors, quand mon père me raconte qu’en 1965, Bruno Coquatrix lui téléphone pour le prévenir de l’arrivée des Beatles dans son restaurant, après leur concert à l’Olympia, mes yeux s’allument… forcément ! Les Beatles au Coupe-Chou ! En 65, en pleine Beatlesmania !

Alors, je lui demande : « Comment ils sont arrivés ? Comment ils se sont comportés ? Est-ce qu’il y avait des fans qui les attendaient à l’extérieur? » Bref, je le saoule de questions. Il fallait absolument écrire l’histoire de leur passage. Alors, il se met à me raconter. Cette année-là, cette soirée-là, les trois patrons du Coupe-Chou se mettent à guetter l’arrivée des Fab Four. Et en 1965, quand on s’appelle les Beatles, on ne peut faire qu’une entrée remarquée. Et, les trois directeurs voient s’approcher du restaurant un panier à salade. Pas une assiette de crudités. Non, un vrai panier à salade : un fourgon de police. Un fourgon qui pile juste devant eux. Christian Azzopardi se tourne vers ses associés : « qu’est-ce qui se passe ? j’espère qu’il n’y a pas de problème dans le quartier, les Beatles vont arriver ! » L’angoisse monte tandis que la portière arrière du fourgon s’ouvre. Et là, les trois patrons du Coupe-Chou voient descendre John Lennon, Paul McCartney, Ringo Starr et George Harrison. Ils ont semé la foule hystérique de l’Olympia dans une camionnette de police !

On les installe à une table, à l’étage.
« Et, ils ont mangé quoi, papa ? » (je continue à interroger mon père)
- Comment veux-tu que je m’en souvienne, c’était il y a quarante ans ! – me répond-il.
- Mais tu ne te souviens de rien de spécial, je ne sais pas, l’attitude des clients, est-ce qu’ils ont mis le souk ? ce sont les Beatles, quand même ! J’avais besoin de matériel pour raconter mon anecdote. Je n’allais pas simplement écrire, qu’un soir de 1965, vers onze heures, les Beatles ont dîné tranquillement au Coupe-Chou comme n’importe qui. J’avais besoin de quelque chose d’exceptionnel !

- Non, je ne vois pas… - reprend mon père. Ah, si, je me rappelle qu’ils ont réclamé du lait.
- Du lait ?
- Oui, du lait.
- Pourquoi du lait ?
- Pour accompagner leur repas.
- Ils ont bu du lait pendant leur repas ?

J’étais estomaqué ! Ça ne collait tellement pas aux personnages. Du lait, à cette heure-là, après un concert mythique ! c’était invraisemblable.

- Mais, reprend mon père, le problème, c’est qu’un restaurant n’a pas l’habitude de servir du lait. Il a fallu courir partout dans le quartier, à minuit, pour dénicher quelques litres… qu’ils ont bus… eh bien… comme du petit lait… et il a fallu recourir partout pour aller chercher des bouteilles supplémentaires !
- Génial !

Je tenais mon anecdote, les Beatles débarquant au Coupe-Chou dans un panier à salade, et qui arrose leur succès avec de bonnes bouteilles de lait introuvables ! Et déjà, j’imaginais la scène de mon père et de ses associés courrant les autres restaurants, réveillant les voisins, la famille :
« Excusez-moi de vous réveiller, mais j’aurais besoin d’un peu de lait, c’est pour les Beatles ! »
Et j’imaginais déjà la stupéfaction des interlocuteurs, à moitié endormis, en chemise de nuit, à qui on mendiait du lait pour John, Paul, Ringo et George ! Mon imagination se mettait à galoper de scènes cocasses en scènes burlesques. Et je demande à mon père.

- C’était un bon cru, au moins ?
- Attends.
- Quoi ?
- Je me demande si c’étaient pas les Rolling Stones.
- Pardon ?
- Le coup des bouteilles de lait, je crois que c’étaient les Rolling Stones.
- Tu te fous de moi ? les mauvais garçons du Rock qui boivent du lait, c’est encore plus invraisemblable que les Beatles !
- Oui, et c’était pas en 65, mais dans les années 70.
- C’est flou, dis-moi. Tu es sûr que c’étaient les Stones, pas les Beatles ?…
- Je ne sais plus, demande à Francis. (Nani, note de moi-même). De toute façon, ils sont tous venus.

Je voyais mon histoire devenir de plus en plus vague. Qu’est-ce que je vais bien pouvoir raconter ? Une histoire sur les Stones ou sur les Beatles ? Ce sont deux groupes magiques, et c’est sans doute pour cela que mon père ne sait plus très bien qui a fait quoi… Mais il fallait être sûr, quand même, avant d’écrire !

- Et le panier à salade, c’était qui ?
- Les Stones ! Non, les Beatles… Je ne sais plus. Ils sont tous venus, je te dis. En tout cas, quand McCartney est revenu récemment, il a voulu dîner à la même table, au premier étage. Ça, j’en suis certain.
- Génial, dis-je d’un air blasé, avec ça, je peux faire du sensationnel ! Et puis, finalement, les Stones, les Beatles ou bien les Compagnons de la Chanson, ça n’a pas tellement d’importance. Ce qui compte, ce sont toutes ces années formidables, toutes ces années un peu folles, même si elles se mélangent dans nos têtes. Ce qui compte, c’est les années qui arrivent et qui seront peut-être encore plus formidables, encore plus folles. Alors, finalement, que ce soient les Stones ou les Beatles qui ont débarqué en panier à salade et qui ont bu du lait, ça n’a aucune importance.

Mais quand même, moi, j’aimerais bien savoir ! Mais peut-être que les intéressés, eux-mêmes, vont nous répondre… Qui sait ?

Lire et partager l'anecdote sur Facebook
×
Pour lire les avis clients, merci de placer votre téléphone en mode verticale.
×
<